Français | English
Trouble dans la matière

Trouble dans la matière

Pour une épistémologie matérialiste du sexe


Philosophies pratiques



La différence sexuelle de l'homme et de la femme est-elle un simple fait physiologique, ou bien également un effet des normes sociales ? En 1990, dans Trouble dans le genre, Judith Butler soutient que la catégorie de « sexe » ne se contente pas de décrire une différence naturelle entre l’homme et la femme, mais contribue à la produire, par la répétition des normes du genre dans les discours et les pratiques sociales. Pour déconstruire ces catégories naturalisantes (« homme » et « femme »), Butler inscrit sa critique du sexisme dans une critique plus globale de l’hétérosexisme, c’est-à-dire de l’injonction sociale à l’hétérosexualité. Trouble dans la matière s’ouvre sur le contexte polémique de la réception de Judith Butler en France, dans les cercles où l’on reproche aux études de genre de semer le trouble dans la lutte des classes. En mettant au jour la dimension matérialiste de la thèse butlerienne de la construction discursive du sexe, l’ouvrage interroge en retour la fécondité de son analyse du pouvoir des mots pour la critique sociale d’inspiration marxiste. En explorant la postérité singulière de Marx, d’Althusser à Foucault, au prisme de l’épistémologie de Canguilhem, Audrey Benoit fait de la construction discursive du « sexe » le point de départ d’une réflexion générale sur la production de la réalité sociale par les discours qui prétendent la décrire. Elle propose ainsi des éléments pour une épistémologie matérialiste qui considère le pouvoir du discours de produire et de transformer la réalité sociale.