Français | English
Sous le soleil

Sous le soleil

Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Âge à nos jours


Homme et société



À l'heure du réchauffement climatique, des catastrophes nucléaires et de la recherche des moyens de « décarboner » nos économies, personne ne doute plus que les questions énergétiques soient cruciales pour nos sociétés. L'idée que leur étude puisse concerner les sciences humaines et sociales est en revanche beaucoup moins consensuelle. L’énergie est pourtant une question éminemment sociale. Ce qui pose problème, en effet, n’est pas tant la quantité d’énergie à notre disposition (le soleil nous en procure bien plus que nous n’en utilisons) que la façon de la mobiliser et de la partager, questions sociales par excellence.

L’évolution du rapport de l’humanité à l’énergie ne saurait se réduire à un récit linéaire des innovations techniques qui ont permis d’exploiter telle ou telle ressource ou de mettre en oeuvre tel ou tel convertisseur plus efficace que ceux dont on disposait auparavant. Un système énergétique est toujours sous-tendu par des structures et des choix politiques, économiques, sociaux. Pour comprendre la façon dont les sociétés industrialisées sont arrivées au régime énergétique dont elles prétendent – dans le meilleur des cas – vouloir sortir, il nous faut comprendre comment elles y sont entrées et, pour cela, étudier l’histoire du rapport des sociétés à l’énergie dans le temps. C’est cette histoire qu’explorent les vingt-trois contributions réunies ici. Elles s’efforcent de montrer les enjeux de la mobilisation et de la dépense énergétiques, les intérêts qui les sous-tendent, les acteurs qui ont bénéficié des choix effectués et ceux qui en ont pâti, l’influence de ces choix sur la santé, l’environnement, les modes de vie. La complexité des systèmes et des transitions énergétiques se révèle au fil de ces analyses, de l’Écosse médiévale au Cameroun contemporain en passant par l’Espagne du premier XXe siècle.

Charles-François Mathis

Charles-François Mathis est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Bordeaux Montaigne, membre du CEMMC et directeur de la collection « L’environnement a une histoire » aux éditions Champ Vallon. Il a travaillé sur les racines des mouvements de protection de l’environnement en Grande-Bretagne (In Nature We Trust. Les paysages anglais à l’ère industrielle, PUPS, 2010) et en France (avec Jean-François Mouhot (dir.), Une protection de l’environnement à la française (XIXe-XXe siècles) ?, Champ Vallon, 2013). En collaboration avec Émilie-Anne Pépy, il a publié en 2017 La Ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIe – XXIe siècle). Ses travaux s’orientent désormais vers l’histoire de l’énergie, en vue de réaliser une histoire culturelle du charbon dans l’Angleterre du XIXe siècle.