Français | English

La nature artiste

Mikel Dufrenne de l'esthétique au politique


Philosophie



Mikel Dufrenne a croisé les principales problématiques qui ont traversé la seconde moitié du XXe siècle. Il les a considérées avec un regard attentif et critique, soucieux de tracer un chemin singulier mais désireux de s'inscrire dans une tradition de pensée philosophique spécifique et exigeante.

La réception de son oeuvre pose question : encensée dans les années 1950, elle s’est progressivement réduite en France, notamment vers les années 1970, alors qu’elle fait l’objet aujourd’hui d’un regain d’intérêt. L’étude entend montrer que de telles fluctuations sont liées au malentendu qui fait de Dufrenne l’auteur d’un seul livre, la Phénoménologie de l’expérience esthétique, qui à lui seul ne rend pas compte de l’originalité de sa pensée.

Lire Dufrenne, c’est découvrir l’importance de sa réflexion éthique et politique et la stabilité d’une pensée dédiée à la défense des valeurs de « l'humain » et de « l’homme ». C’est aussi se livrer au plaisir de l’élaboration de fictions philosophiques répondant à la tentation de rationaliser une vision du monde par le biais d’une philosophie de la Nature relayée par la notion d’a priori. L’unité de cette oeuvre réside dans l’hypothèse d’une Nature artiste que le philosophe veut penser dans le cadre d’une philosophie non théologique.

Maryvonne Saison

Maryvonne Saison, professeur émérite de philosophie a créé et dirigé à l'université Paris Nanterre le Centre de recherches sur l’art. Ses recherches et ses publications se partagent entre la philosophie contemporaine, l’esthétique et le théâtre : elle a dernièrement édité Michel Foucault, La peinture de Manet, suivi de Michel Foucault, un regard (Seuil, 2004) et publié « Claude Régy et les figures du temps », dans Claude Régy, études et témoignages réunis et présentés par Marie-Madeleine Mervant-Roux, Les voies de la création théâtrale, vol. 23, CNRS éditions, 2008.