Français | English
Autour des morts de guerre

(PDF 759 KB)

Autour des morts de guerre

Maghreb - Moyen-Orient

Raphaëlle Branche, Nadine Picaudou, Pierre Vermeren

Internationale



Alors que la guerre fait encore rage en Syrie et que les sociétés de la rive sud de la Méditerranée hésitent entre protestation ouverte et crainte de la violence d'État, il importe de saisir la place qu'occupent les morts de guerre dans ces pays du Proche et du Moyen-Orient, où ils paraissent si intimement liés à la culture politique. À chaque fois, ici comme ailleurs, que ce soit lors d'assassinats politiques, lors de massacres accompagnant une guerre civile ou sur des champs de bataille, il faut que les morts de guerre fassent sens, pour que leur potentiel de destruction soit affaibli. C'est pourquoi ils sont si importants à étudier pour comprendre ces sociétés car ils nous informent sur la fabrique du social, sur ses dynamiques de cohésion comme sur les tensions qui la traversent, notamment à l'occasion des processus de construction mémorielle dont ils sont l'objet. Beaucoup de ces morts sont des civils ; tous sont dits « martyrs ». L'omniprésence de cette figure confère aux morts de guerre une charge de sacralité religieuse qui les rattache à des univers symboliques nourris d'imaginaires religieux, ici essentiellement sunnite mais aussi chiite ou chrétien. Il importe de les regarder de près pour saisir l'épaisseur historique de ces constructions ainsi que leur intense imbrication avec les processus sociaux et politiques en cours.

Pierre Vermeren

Pierre Vermeren est professeur d'histoire du Maghreb et du Moyen-Orient contemporains à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheur à l'IMAF. Il dirige le master CIAMO. Il a vécu 8 ans en Égypte et au Maghreb et a publié Le choc des décolonisations (Odile Jacob 2015), et La France en terre d'islam. Empire colonial et religions (XIX-XXe siècle) (Belin 2016).


Olivier Bouquet, Philippe Pétriat, Pierre Vermeren
Libres cours
Depuis l'avènement de la question d’Orient en 1774, jusqu’à sa résolution en 1922 par la chute de l’Empire ottoman, les puissances européennes ont réduit le Moyen-Orient à sa dimension géopolitique. De « l’Homme malade de l’Europe » à « l’Orient compliqué », celui-ci est appréhendé de l’extérieur.








Collaborations intellectuelles ou scientifiques :

Aziz Krichen, Pierre Vermeren
La promesse du printemps
Tunisie, 2011-2017
Aux quatre vents
Aziz Krichen, acteur et témoin de premier plan de la révolution tunisienne, témoigne dans cet opus de la longue séquence révolutionnaire tunisienne (2011-2015). À partir du cas tunisien, il expose la manière dont les sociétés arabes peuvent espérer s'arracher par le haut à l’alternative mortifère de la dictature ou de la guerre civile.