Français | English
Identités et cultures dans le Monde méditerranéen antique

Identités et cultures dans le Monde méditerranéen antique

Études réunies en l'honneur de Francis Croissant

Édité par Christel Müller, Francis Prost

Histoire ancienne et médiévale



Depuis les travaux de Michel Foucault et de Jean-Pierre Vernant, on sait dans quel contexte et sur quels fondements l'Antiquité a inventé le concept d'identité personnelle. Pour essentielle et intime qu'elle nous paraisse, cette identité a un cadre géographique – l'espace méditerranéen – et une histoire, c'est-à-dire un acte de naissance : elle n'a fini par devenir constitutive de l'identité individuelle que tardivemennt, après le IIe siècle de notre ère. Or, cvant cette date, les historiens et les archéologues des mondes grec comme romain ont l'habitude de rencontrer des phénomènes culturels où l'identité communautaire règne sans partage et semble motiver en profondeur les actes les plus simples comme les plus complexes des sociétés de l'Antiquité. Aucune enquête systématique n'a été menée à ce jour sur ces phénomènes, sinon par certains archéologues qui sont portés à supposer, derrière les choix effectués par les artisans de telle ou telle cité, derrière la transmission ou l'adaptation de tel ou tel modèle, la volonté d'une affirmation identitaire de leur communauté d'origine. La culture matérielle, mais aussi mythique ou littéraire, devient un enjeu entre divers groupes qui, pour se différencier, élaborent un langage propre, caractéristique de ce qu'ils considèrent comme leur identité primordiale.