Français | English
L'essence plastique

L'essence plastique

Aptitudes et accommodements chez Spinoza

Édité par Vincent Legeay
Préface de Chantal Jacquet

Philosophie



L'ouvrage, qu'on situera volontiers dans le sillage et l’exploration de l’assertion forte, programmatique, qui ouvre la « petite physique », au scolie de la proposition 13 de la seconde partie de l'Éthique, se propose d’explorer les rapports entre aptitudes, changements, et accommodements, afin de découvrir si, de façon larvée ou explicite, la conception spinoziste de l’essence n’aurait pas à (nous) offrir des ressources de plasticité. Celles-ci, pour peu qu’on y porte son attention, pourraient être proportionnelles au nombre des contextes affectifs que la nature exerce sur les individus qui la peuplent, et donc, selon le chapitre 6 de l’appendice de la quatrième partie de l’Éthique, « quasiment infinies ». Tentons alors, à l’aide des textes du philosophe néerlandais, de mesurer l’étendue de ces
ressorts.