Français | English
Les hommes de Gorbatchev

Les hommes de Gorbatchev

Influences et réseaux (1956-1992)


Histoire contemporaine



Décembre 1991. L'Empire rouge qui a si longtemps fait trembler l’Occident s’effondre. Les raisons de sa fin aussi brutale qu’imprévue sont longtemps demeurées mystérieuses. Quels facteurs avaient poussé Mikhaïl Gorbatchev à lancer son pays sur les chemins risqués et pleins d’espoirs des réformes ? Cinq ans plus tôt, en février 1986, celui qui occupe depuis une année déjà le poste de Secrétaire général du PCUS, annonce que l’URSS entend désormais penser de manière nouvelle les relations internationales. Dans un monde interdépendant, la coopération prime désormais sur la confrontation, dans la mesure où les États doivent s’entendre pour répondre à des défis globaux. Face à la menace d’une guerre nucléaire, la course aux armements entre l’Est et l’Ouest doit cesser et les capacités militaires des États-Unis et de l’URSS être ramenées à un niveau raisonnable. La lutte pour la paix, dont l’URSS se veut à l’avant-garde, remplace progressivement le concept de lutte des classes en politique extérieure, puisque l’usage de la force pour conduire les relations internationales est rejeté. De 1986 à la fin de l’année 1991, cette approche originale, qui prend le nom de « Nouvelle Pensée », remet en question la ligne traditionnelle de la politique extérieure soviétique. Au plan théorique, la Nouvelle Pensée met fin au dogmatisme idéologique et signe l’adaptation des principes fondateurs du marxisme-léninisme au monde qui l’entoure. Au plan pratique, les actions politiques qui lui furent associées dans la seconde moitié des années 1980 menèrent à la fin de la Guerre froide. Les raisons de ce tournant ne peuvent être comprises sans les replacer dans un temps plus long et sans étudier les influences ayant rendu possible la révolution gorbatchévienne : celles des hommes et des réseaux, situés à la charnière des mondes politiques et scientifiques, proposant depuis le milieu des années 1950, dans le secret des corridors du Kremlin,

Sophie Momzikoff-Markoff

Sophie Momzikoff-Markoff est agrégée et docteur en histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, maître de conférences en histoire russe et soviétique à Sorbonne-Université.