Français | English

Les imaginaires du canal de Suez

Sociétés & Représentations n°48

Édité par Sarga Moussa, Randa Sabry

Sociétés et représentations



Le discours sur l'« union des deux mers », qui naît avec le chantier du canal de Suez, à la fin des années 1850, se cristallise assez vite en un mythe célébrant le triomphe de la modernité technologique et industrielle, dont le héros serait Ferdinand de Lesseps. Un point de vue « global » révèle que la France, dans ce contexte, a bel et bien contribué à développer le commerce – mais pas au profit de l’Égypte : en poussant le khédive Ismaïl à la ruine, elle a ouvert la voie à l’occupation du pays par l’Angleterre, en 1882. On voudrait, dans ce dossier réalisé conjointement par des chercheurs égyptiens et français, rappeler que derrière certains stéréotypes idéalisants, l’histoire du canal de Suez se construisit dans la douleur, même après la date symbolique de 1956, celle de la nationalisation de la Compagnie de Suez par Nasser. On voudrait également montrer que, dès la fin du xixe siècle, des voix critiques s’élevèrent, des deux côtés de la Méditerranée. La littérature, mais aussi la caricature, la peinture, la photographie, le cinéma, peuvent rendre compte d’une pluralité de représentations dont les enjeux sont à la fois esthétiques, culturels, sociaux et idéologiques.