Français | English
L'aveugle et le philosophe

(PDF 41 KB)

L'aveugle et le philosophe

ou Comment la cécité donne à penser

Édité par Marion Chottin

Philosophie



Jusqu'à Descartes, les rares textes philosophiques consacrés à l'aveugle le considéraient comme nécessairement prisonnier de l'ignorance et envisageaient la cécité comme une privation. Descartes, le premier, conçoit l'aveugle comme le détenteur de lumières dont le voyant est privé.
À la fin du XVIIe siècle puis au siècle des Lumières, l'aveugle devient une figure déterminante dans la critique de la métaphysique classique et de la théorie des facultés subjectives. Il est au cœur en particulier du fameux problème transmis par le mathématicien et opticien William Molyneux à John Locke, qui l'expose dans l'Essai sur l'entendement humain : un aveugle de naissance, à qui une opération aurait rendu la vue, saurait-il distinguer un cube d'une sphère, s'il ne pouvait que les voir sans les toucher ?
Cet ouvrage propose de façon originale une histoire philosophique de la cécité à travers ses principaux penseurs – Descartes, Berkeley, Diderot, Wittgenstein… – et se clôt par une étude d'Evgen Bavcar, philosophe et aveugle, qui nous confronte au questionnement de la cécité sur elle-même à partir des analyses d'Ernst Bloch.


Contributions de :
Evgen Bavcar, Marion Chottin, Thierry Drumm, Laura Duprey,
Véronique Le Ru, Francine Markovits, Sabine Plaud, Kate E. Tunstall.